Caroline Abitbol

Caroline Abitbol née à Paris, y passe son enfance et la majeure partie de sa vie. 

Adolescente, elle prend en charge avec enthousiasme le laboratoire photographique de son lycée.

Puis elle s’orientera vers des études scientifiques jusqu’à plus tard l’obtention d’une maitrise d’audiovisuel.  

Entre temps, à 19 ans, attirée par le désert, elle y demeure trois mois qui lui permettront d’affiner sa perception intérieure. 

C’est à son retour, qu’elle décide de s’engager dans l’image d’abord en sélectionnant des films pour des festivals de cinéma et comme projectionniste de cinéma itinérant; puis en collaborant à plusieurs revues. 

Peu à peu elle décide de faire de la photographie son principal moyen d’expression.

Entre 1985 et 1990, elle rencontre, travaille puis lie des amitiés auprès de Marc Riboud, d’Henri Alekan, et d’Édouard Boubat. Ces échanges renforceront sa passion de la photographie,  de la lumière, et de la poésie.

Son regard ne cesse d’interroger les corps, l’espace et la lumière, en particulier par son travail sur les portraits de peintres en atelier en 1989, au Cameroun en 1990, avec les danseurs de l’Opéra Garnier de 1992 à 1995, à Bali en 1995, et en Inde dès 1995 jusqu’à aujourd’hui.

Une participation à l’agence SIPA de 1987 à 1991, puis à l’agence Top-Rapho de 1991 à 2003, introduisent son expression dans le monde de la photographie.

Elle réalise son premier film court en 2013 à partir de photographies Lina Màlina

Il sera présenté au musée du Montparnasse à Paris, à l'Institut Philosophique de Naples, à Prata Sannita, au festival des idées politiques de Pozzuoli, au festival de films de femmes de Créteil.

À partir de 1995, elle découvre l’Inde où elle effectue de fréquents et longs séjours, notamment à Vârânasî, au Bengale et dans l’Himalaya, matière de sa réflexion. Elle vivra plusieurs mois à Calcutta où elle rencontre Mère Teresa en 1996, puis vivra dans la vallée de l’Himalaya, au bord du Gange de 2005 à 2010.

Aujourd’hui, Caroline Abitbol vit et travaille à Paris.

 

 

Expositions personnelles (sélection) 

  • Là où l'Éternité est une évidence, Mind’s Eye/Galerie Adrian Bondy, Paris, 2019
  • Inde, Êtres spirituels, Galerie Furtive, Paris, 2014
  • Les éveillés d'aujourd'hui, Installation, Cordes sur Ciel, 2007
  • La trace et l’oubli, Paris, 2004
  • Attitudes, danseurs de l'Opéra Garnier, Saint Junien, 2003
  • Bauls, Inde, Publimod’photo, Paris, 2002
  • 1er Forum des femmes créatrices de Méditerranée pour la paix dans le monde, Rhodes, 2000
  • Cérémonie à Bali, Installation, Chapelle de la Salpêtrière, Paris, 2000
  • Déclic, portraits de peintres en ateliers, Paris, 1989

Monographie

  • Là où l'Éternité est une évidence, sortie prévue mai 2019

Collections  

Publique : Musée d’Orsay, Paris.  Privées : France, Italie, Suède, Inde.

Prix

- Premier prix d’adaptation littéraire, film Lina Màlina, Prata Sannita, Italie