claridge.jpg

 

John Claridge

John Claridge commence la photographie à l’âge de huit ans avec un appareil en plastique gagné à une fête foraine locale. Il quitte l’école à quinze ans, prend un poste dans le département de photographie chez McCann-Erickson, et devient assistant de David Montgomery. Il y reste deux ans, s’inspirant entre autres du designer légendaire Robert Brownjohn. A tout juste dix-sept ans, il frappe à la porte de la résidence de Bill Brandt à Hampstead afin d’offrir un tirage au grand photographe. Il est reçu avec courtoisie et gentillesse. En 1963, il ouvre un atelier près de la cathédrale de Saint-Paul, se spécialisant dans les revues et la publicité. Il poursuit sa carrière jusqu’à récemment dans la publicité, en travaillant pour nombreuses sociétés importantes.

Ses œuvres se trouvent dans des musées et des collections privées partout dans le monde, notamment à The Arts Council of Great Britain,  au Victoria and Albert Museum, à la National Portrait Gallery, et au Museum of Modern Art.

En 1967, il écrit, produit, et filme un court-métrage controversé, Five Soldiers, sur la guerre civile américaine, faisant allusion implicite à la guerre au Vietnam.

John Claridge a publié sept livres : South American Portfolio (1982), One Hundred Photographs (1988), Seven Days in Havana (2000), 8 Hours (2002), In Shadows I Dream (2003),  East London (2007), et East End (2016). Il prépare actuellement un livre de portraits d'anciens boxeurs, le sujet d'une exposition à Mind's Eye en 2015.

 

 

 

Propos de Helena Srakočić-Kovač, critique et historienne de la photographie, sur John Claridge : 

Quand tu as décidé de te retirer de la publicité … ce qui est, je pense, un drame, parce que tu l’as revolutionnée et élevée à la forme d’une art … tu y as substitué un travail d’une valeur équivalente, des tripes et une force visuelle, quoique très différente … Tellement à voir ... Il m’apparait parfois comme s’il n’était pas le tien ... Déstructurée et éparpillé dans sa beauté … Tu racontais des histoires, et maintenant c’est plus une question de sentiments et de moments de vie …