Catégories
Actualités

États d’Âme

Colette Pourroy

4 novembre -10 décembre, 2023

Vernissage : samedi 4 novembre

18h – 21h

Colette Pourroy s’est fait connaître pour l’exploration de sa famille en plusieurs épisodes et en plusieurs livres. À Mind’s Eye, nous avons présenté trois de ses expositions sur ce thème. 

Ici, elle se tourne vers l’âme et son rapport à notre corps. Le mouvement et le flou sont les moyens qu’elle a choisi pour les exprimer dans cette nouvelle série États d’âme. Elle l’a déjà utilisé dans son travail antérieur, notamment avec la série sur sa sœur Ève, mais ici elle le pousse plus loin. 

Les images laissent la place à la sensibilité et l’imagination du spectateur. On peut penser à certaines photos de Francesca Woodman ou de Duane Michals.

ÉTATS D’ÂME

Après tous ces défunts, toutes ces personnes si proches dont j’ai raconté l’histoire dans ma saga familiale, est venu le désir d’évoquer l’âme et son rapport à notre corps.

Entre le conscient et l’inconscient collectif, les symbolismes, tout ce qui parle du non-vu, de l’infini, du subtile, écrire le flou laisse toute la place à l’imaginaire.

Avec cette photographie en mouvement, éclatent les intervalles, les interstices, les ponctuations, l’invisible, qui sont véritablement de l’ordre du divin.

C’est un peu comme l’écriture automatique, ce qui va surgir est inattendu, indépendant de ma volonté, mystérieux mais ardemment désiré.

Dessiner avec la lumière, peindre avec les clair-obscurs, sans artifices, simplement avec un fil conducteur de l’ordre du spirituel.

Colette Pourroy (septembre 2023)

COLETTE POURROY

Après une formation à la Villa Arson à Nice et trente ans de graphisme dans l’édition à Paris, Colette Pourroy, qui a pratiqué la photographie dès l’âge de 13 ans, décide de s’exposer en 2003, à la mort de sa mère.

Dès lors, durant dix ans, elle expose ses photographies d’arbres en noir et blanc (collection BnF avec Anne Biroleau) et en couleur, dans des collections privées en France et à l’étranger. La concrétisation en seront les deux séries « Peau d’arbres » et « Le Sexe des arbres », publiées par Vis-à-Vis international. L’artiste prendra conscience plus tard que ces photos d’arbres symbolisent les racines de sa saga familiale.

Un stage en 2008 avec Michael Ackerman, décisif pour sa liberté de regard et d’esprit, favorise l’impulsion, la prise de conscience de l’autre et la place sur le chemin de l’humain.

De 2013 à 2023, cette saga familiale (débutée avec la figure du père) est exposée en galerie et publiée chez André Frère éditions. Elle est composée de quatre volets, plus un sur le couple (sélection et publication MEP 2014). Un extrait de chaque série figure dans les collections publiques de la BnF et de la MEP, grâce à Héloïse Conesa et Pascal Hoël.

SIGNATURE

Colette Pourroy dédicacera ses ouvrages à Paris Photo sur le stand de son éditeur André Frère le jeudi 9 novembre à 15h.

Toutes les photographies © Colette Pourroy

Catégories
Actualités News

North Light

Christian Poncet

14 septembre – 22 octobre, 2023

Vernissage : jeudi 14 septembre

18h – 22h

On connaît Christian Poncet pour ses beaux sténopés, deux fois présentés à Mind’s Eye dans les expositions « Le songe des rives » (2018) et « Metropolis » (2021).

Sa nouvelle exposition, « North Light », nous montre une autre facette de l’œuvre du photographe. Pour la plupart en couleur, ces images ont été réalisées principalement dans le nord de la France et dans le sud de l’Angleterre où la lumière plus froide apporte une clarté et un contraste renforcés. Les motifs de prédilection de Christian Poncet, le cadrage géométrique et les personnages ou structures isolés, sont accentués par une utilisation inspirée de la couleur et des ombres. La mer est souvent présente en toile de fond.

LE NORD

Né à Lyon, Christian Poncet vit en Haute-Savoie et, depuis vingt ans, photographie les lacs et montagnes environnants, autant de paysages magnifiques et variés dont rêvent de nombreux photographes. Pourtant, au fil du temps, ces beaux espaces lui sont devenus si familiers qu’il ne les remarque plus, tout du moins avec l’oeil du photographe, toujours en quête de nouvelles images.

Le Nord l’a toujours attiré. Il ne saurai l’expliquer : est-ce la “monotonie” des paysages, plats et uniformes, les lumières changeantes, ou cette ambiance si particulière rompant avec son environnement habituel?

En 2012, il entreprend un périple d’une semaine de la baie de Somme jusqu’en Belgique, de Cayeux-sur-mer à Ostende. « Ce mois de mai était frais et pluvieux, les plages de sable gris étaient désertes, seuls quelques promeneurs solitaires avançaient péniblement contre le vent qui s’engouffrait dans leur imperméable. Rien ne pouvait m’encourager à sortir l’appareil ».

« Mais, comment résister aux cabanes colorées et désordonnées de Berck-plage, à ses immeubles blancs et désuets ou, un peu plus loin, au front de mer de Stella-plage : cette “muraille” de pierre sombre face à la mer, surplombée d’un vaste parking et d’un terrain vague sans avenir – avec pour seul gardien, ce bar-restaurant à l’enseigne alléchante “frites – gaufres – crèpes”.

Depuis, il retourne régulièrement dans la région, au printemps ou en fin d’été.
Petit à petit, les images se sont accumulées, et il pourrait maintenant tourner la page, partir ailleurs, découvrir d’autres horizons. Mais non, le Nord l’attend, pour longtemps encore.

Février 2018

Toutes les photographies © Christian Poncet